Du Courage

Bonjour Pablo !

S’il y a bien une vertu sur laquelle je m’interroge depuis longtemps, c’est le courage.

« Du Latin « cor », cœur, et du suffixe « age ». Le suffixe indique l’action du verbe. Il s’agirait donc ici de l’action d’avoir du cœur, d’agir avec cœur ?

Le courage est une vertu cardinale dit Platon, soit qui joue un rôle charnière, une disposition naturelle qui ne se décrète pas.

Vertu qui s’apprend dit Aristote, située entre la couardise et la témérité.

Une discipline, selon Sénèque.

Quant à Cynthia Fleury, philosophe contemporaine, elle dit qu’il s’agit toujours d’une expérience concrète. « Assumer le réel sans s’y soumettre. »

Dans un excellent dialogue entre elle et François Crémieux, à retrouver dans le Philosophie Magasine de mai 2022, François Crémieux dit que les plus courageux sont d’abord les mieux formés, « préparés à affronter des situations exceptionnelles. » « Être courageux, dit-il encore, c’est d’abord « se sauver soi-même. On se déconstruit en esquivant le courage. Les moments de lâcheté nous hantent bien plus que les moments de courage. » 

Et si nous devions aussi avoir le courage de nos lâchetés ? Le courage de courber l’échine, de s’humilier, pour sauver sa peau ?

Et Cynthia Fleury de citer Pasteur : « Le hasard ne favorise que les esprits préparés. »

Parfois, j’ai l’impression que le courage n’existe pas. Je suis jeune soldat. Mon pays est en guerre. Je pars au front. Sans choix. Courage obligé ?

Ou bien.

Un enfant traverse la rue sans regarder. Une voiture survient. Je me jette sur lui pour lui sauver la vie au risque de perdre la mienne. Courage réflexe ?

D’ailleurs, si on me qualifie de héros, je répondrai que ce j’ai fait est normal, que chacun aurait fait la même chose. 

Peut-être le courage existe-t-il dès lors que l’acte posé est dangereux pour nous, pour ce que nous voulons pour nous, et qu’il est totalement désintéressé ? Et s’il y avait un intérêt à être désintéressé ? 

Et puis, je découvre une élève (J’adore ce mot qui rappelle la véritable mission d’un enseignant, d’un formateur.) une élève qui, face à une peur immense mais déterminée, la combat durant des mois. Des mois de boule au ventre. Des mois à être proche de reculer, de faire demi-tour. Quel courage !

La détermination paie. La peur s’amenuise. La passion naît. Elle surmonte tous les obstacles. 

Je suis alors admiratif. Ébaubi. Touché aussi, voire très ému.

C’est si beau de voir une personne s’élever, qu’on en soit à l’origine ou non.

Bon Vol avec les Aigles ! 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *