Je veux juste te dire que je t’aime

 

Sud Radio, La Minute du Coach.

Pablo : Bonjour Fabian.

Fabian : Bonjour Pablo !

Pourquoi faut-il écouter la Minute du Coach ? A quoi sert-elle ?

A se poser des questions puissantes, qui vous amèneront à trouver des réponses puissantes et à poser des actes, des actions puissantes, pour des résultats puissants.

L’émission d’aujourd’hui se veut poétique et pleine d’amour.
En tout cas selon le thème que tu m’as glissé dans l’oreille il y a quelques instants : “Je veux juste te dire que je t’aime”

Oui. Récemment j’étais en formation et le formateur nous a dit – c’était en pleine période coronavirus, séminaire annulé, reporté, etc… un peu de psychose – et il nous a dit : “Comme les temps ne sont pas faciles, je propose exceptionnellement de prendre votre smartphone et d’envoyer à une personne à qui vous ne le dites pas souvent, à dire à une personne, par écrit, par SMS, par WhatsApp – peu importe le logiciel, l’application – à dire : “Voilà, je tiens juste à te dire que tu comptes pour moi” . Ou que je t’aime.
Et je propose aux auditeurs de faire ça aujourd’hui, maintenant si possible. Si vous êtes dans votre voiture, non. Mais si vous êtes dans une position confortable pour écrire, vous choisissez une personne à qui ne vous le dites pas souvent, voire à qui vous ne l’avez jamais dit et vous lui écrivez juste ceci : “Je veux simplement te dire que je t’aime”.
J’ai trouvé ça … Ça peut paraître très tarte à la crème, un peu gnangnan et a priori je déteste ce qui est gnangnan, mièvre. Mais s’il y a de la sincérité dans le propos, à contrario c’est extrêmement percutant. Et j’en profite pour proposer d’autres “devoirs” à nos auditeurs.

Exercices.

Par exemple, dans le monde de l’entreprise où essentiellement je travaille, il y a un constat parfois malheureux.
C’est que beaucoup de patrons d’entreprise arrivent au bureau avec un regard assez noir. Le regard est presque éduqué à ne voir que ce qui ne fonctionne pas. Tombent alors les remontrances, les réprimandes, les recadrages…

Tout ce qui en suit…

Alors c’est légitime, parce que ça fait partie du job. Mais si on se réfère à la façon dont on éduque les animaux, les chiens, les chevaux, on va surtout pratiquer ce qu’on appelle le renforcement positif. On va surprendre l’animal en train de faire quelque chose de bien. Tout comme un patron d’entreprise peut surprendre son personnel, ses employés, ses collaborateurs, en train de faire quelque chose de bien. Simplement pour pouvoir le signaler. Simplement pour pouvoir leur dire “bravo”, pour pouvoir leur dire “merci”. Même si c’est normal, même si ça n’a rien d’exceptionnel, de hors de l’ordinaire. Mais si c’est bien fait…
Par exemple, quand je suis en promenade à cheval, que mon cheval ne fait rien d’extraordinaire mais marche avec une bonne impulsion, un bon pas, je le caresse. Parce que c’est bien, déjà. Même si ce n’est pas fantastique, c’est bien, déjà, d’être aux ordres et d’avoir une bonne impulsion dans les champs.
Et si vous n’êtes pas dans un milieu entrepreneurial et bien faites la même chose avec vos proches.
Est-ce que vous posez un regard systématiquement noir sur ce qui est autour de vous ou est-ce que vous cherchez tout ce qui va, pour pouvoir le célébrer ? S’acharner à célébrer ce qui va bien, c’est une éducation de l’esprit. On peut être pessimiste par nature et optimiste de raison.
Moi je suis plutôt pessimiste par nature, je suis triste par nature, c’est mon fond mais je me veux optimiste de raison.

Dans le business c’est ce qui s’appelle un peu le management positif, en quelque sorte ?

Je me méfie toujours des appellations comme ça …
Parce que du coup, on perd les nuances. Parce que tout n’est pas positif dans le business non plus. Donc quand quelque chose ne va pas, il faut le dire.
Mais, par exemple, est-ce que si vous avez des enfants, un ami, un compagnon ou une compagne, est-ce que vous ne pointez que ce qui ne va pas ou est-ce que vous êtes capable de célébrer tout qui est bien ? Même si c’est normalement bien.
Et donc le deuxième exercice, après le SMS, c’est : Pendant une semaine, chers auditeurs…
Je me demande si je ne l’ai pas déjà donné, mais ce n’est pas grave, il y a longtemps alors, au tout début de la Minute du Coach…
Vous allez tous les jours offrir un compliment à une personne différente. Jusqu’au jour où vous offrirez un compliment à une personne que vous ne connaissez pas, du sexe opposé.
Et bien sûr, ce complément sera sincère. S’il ne l’est pas, c’est de la flatterie. Et la flatterie, c’est de la manipulation. On n’est pas du tout dans ce jeu-là.
Je vous propose de donner des compliments comme d’autres donnent des fleurs.
Et si vous me dites, au bout d’une semaine “Ecoutez, je n’y suis pas arrivé, j’ai pas eu d’occasions”, ça veut dire quoi ?
Soit que vous êtes un ermite, soit que vous êtes vraiment dans un environnement pourri avec des personnes peu fréquentables, soit que votre regard n’est pas éduqué à voir le beau autour de vous.
Bon Vol avec les Aigles.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *